Course sur tapis: voici quelques astuces

Nombreux sont les coureurs qui utilisent très souvent un tapis de course pour leurs séances d’entraînement. Certains professionnels optent pour cette alternative afin de poursuivre leur entraînement lorsque les conditions climatiques ne sont pas bonnes. D’autres, en revanche, l’utilisent comme un complément à leur activité en extérieur. Dans l’un ou l’autre des cas, le tapis de course représente un élément incontournable pour créer de nouvelles sensations. Il est également source de nombreux bienfaits. Voici quelques astuces à suivre pour mieux s’entraîner sur un tapis de course.

Démarrer en douceur mais avec sûreté

Si vous montez sur un tapis de course pour la première fois, vous devez démarrer avec un rythme très modéré. Vous permettez ainsi à votre corps de s’habituer et de s’adapter à ce nouveau changement. En adoptant une allure simple, facile et maîtrisée sur le tapis de course, votre corps va s’adapter progressivement aux conditions exceptionnelles auxquelles il fait face. Une fois que votre corps commence par s’habituer au nouveau changement, vous pouvez augmenter progressivement l’intensité de la course.

Adopter une posture naturelle et détendue

De nombreux coureurs ont pris l’habitude de se concentrer prioritairement sur les informations qu’affiche l’écran du tapis de course à savoir la fréquence cardiaque, la vitesse de course, etc. D’autres passent plutôt leur temps à contrôler comment leurs corps et surtout leurs pieds se positionnent sur le tapis. A force de vouloir contrôler tous ces paramètres, de nombreux runners tendent à adopter une posture inconfortable qui, avec le temps, peut provoquer des douleurs dorsales ou même cervicales.

Pour éviter de tels désagréments, vous devez adopter une posture droite et détendue en regardant droit devant vous, comme vous avez l’habitude de le faire quand vous courez en extérieur. En procédant ainsi, vous maintiendrez votre position naturelle et éviteriez la survenue de douleurs musculaires ou dorsales.

Veiller à l’allure de ses foulées

Lorsque vous courez sur un tapis, les foulées ne sont pas aussi simples et naturellement effectuées que si c’était à l’extérieur. En réalité, c’est le tapis de course qui imprime en quelque sorte le rythme de vos foulées.  L’amorti est à une fréquence régulière et imprime donc une allure constante à vos foulées, modifiant de ce fait votre appui au sol. Vous serez donc amené à effectuer des foulées de plus petites amplitudes que celles que vous faites habituellement en extérieur.

Afin de trouver une bonne allure et une position naturelle, vous devez consacrer quelques minutes (10 environ) à l’échauffement avant de démarrer vos séances d’entraînement. Cela vous permettra de procéder à des réglages du tapis comme l’inclinaison et l’intensité.

Penser à s’hydrater

Lorsque vous vous entraînez en salle, votre corps n’est pas aussi rafraîchi que si vous courez en extérieur avec le mouvement du vent. Cela vous amène donc à beaucoup plus transpirer. Par conséquent, votre rythme cardiaque va s’élever et votre corps aura besoin de s’hydrater pour compenser le déficit créé par cette importante transpiration. Pour cela, vous devez boire environ 500 ml d’eau/heure en petites gorgées. Cela vous fera un bien fou.

Penser à varier les entrainements

Les entraînements sur tapis permettent aux coureurs de s’entraîner dans des conditions identiques et sans grandes variations. Afin d’éviter de vous ennuyer à la longue par vos entraînements monotones, apportez de la diversité à vos séances. Jouez sur le degré d’inclinaison ainsi que la variation d’intervalles pour varier vos entraînements.

L’endurance est-elle importante pour les coureurs?

L’une des principales astuces pour progresser dans le running est de courir lentement et à un bon rythme. Que vous soyez un débutant ou un professionnel de la course à pied, vous devez maitriser votre rythme de course sur la durée. En courant à un bon rythme, vous progressez bien sans vous épuiser. Cette capacité à courir lentement et à un très bon rythme est l’endurance. En quoi l’endurance est-elle fondamentale pour les coureurs ? Eléments de réponse dans cet article.

L’endurance permet au coureur de bien s’oxygéner

L’endurance offre de nombreux avantages aux coureurs, qu’ils soient débutants ou expérimentés. En réalité, d’une manière générale, l’objectif visé par les coureurs n’est pas l’augmentation de la quantité d’oxygène à inspirer, mais plutôt sa bonne utilisation. En pratiquant une bonne endurance, le coureur pourra jouir d’une excellente utilisation de l’oxygène disponible. L’endurance procure donc d’importants bienfaits pour le coureur et lui permet de progresser dans sa course.

L’endurance permet au Runner de renforcer son cœur

Le cœur est un muscle constamment sollicité lors d’une course. En musclant votre cœur, l’endurance lui permet de s’adapter à l’intensité des efforts fournis. Un flux sanguin important afflue dans le cœur et lui permet de se renforcer malgré l’effort. Ainsi donc, plus vous progressez dans la course, plus le cœur se renforce et devient résistant. Ses battements seront alors plus fluides pour une meilleure distribution du sang frais dans tout l’organisme. Les muscles aussi seront suffisamment oxygénés et pourront être en mesure de produire plus d’énergie pour permettre au coureur d’être plus endurant.

L’endurance permet aux muscles de s’adapter

Lorsque vous courez à un rythme lent et continu, vous développez au sein de vos muscles, un véritable réseau capillaire sanguin. Le principal rôle de ces capillaires sanguins est de recueillir l’importante quantité de flux sanguin. Cet apport conséquent favorise la multiplication des mitochondries, qui sont de véritables productrices d’énergie. Plus on a de mitochondries, plus l’énergie produite est importante et les muscles se renforcent. 

L’endurance permet d’augmenter son volume d’entraînement

En pratiquant l’endurance lors de votre course, vous avez l’assurance de courir à un rythme intéressant et régulier sans pour autant que cela ne présente des risques. En réalité, lorsque vous courez à un rythme lent et idéal, vous avancez exclusivement avec votre rythme aérobie. Votre corps produit peu ou pas de fatigue et par conséquent, votre volume d’entraînement augmente. Vous aurez ainsi moins de risques de blessures.

L’endurance permet au coureur de travailler son souffle et progresser

En travaillant votre endurance, vous améliorez considérablement votre souffle et cela vous permet de progresser sans risques. En d’autres termes, une bonne endurance permet au coureur d’améliorer ses performances tout en gagnant en confort et en plaisir. Avec une bonne endurance, un coureur pourra courir de nombreuses heures sans s’user. En effet, dans une compétition de running ou autres, c’est l’endurance qui permet de différencier deux athlètes de même niveau. C’est le plus endurant qui progressera le mieux et qui pourra remporter le sacre final.

Courses sur route et cross-country: quelles différences?   

La course à pied est un sport qui mobilise une multitude de disciplines sportives très pratiquées. Ces différentes disciplines sont regroupées en deux principales catégories à savoir : la course sur route ou piste et la course nature. Si certains coureurs ne jurent que par la course sur route, d’autres en revanche sont des inconditionnels de la course en pleine nature. Même si ces deux formes de courses présentent quelques similitudes, elles ont de grandes différences en ce qui concerne la distance, le milieu et même les équipements utilisés.

Course sur route vs Trail et cross-country: la différence de milieu

La course sur route, comme l’indique son nom, se pratique sur l’asphalte ou sur une piste balisée et bien délimitée. Elle peut aussi se pratiquer sur un terrain stable et bien tracé, que ce soit en pleine zone urbaine ou sur de bonnes chaussées en campagne.

Pour des disciplines comme le cross-country ou le trail, leur terrain de jeu est la nature. Il s’agit par exemple de la forêt, des hautes herbes, des dépressions, des dénivelés, des montagnes, de la boue, etc. Tout au long du parcours d’un traileur par exemple, on peut rencontrer de nombreux obstacles naturels comme la boue, les herbes, les terrains rocailleux, les branchages, les rochers et bien d’autres.

Course de route vs trail et cross-country: une différence au niveau du profil du parcours

En général, la course sur route se déroule la plupart du temps sur un terrain suffisamment plat et avec un dénivelé qui se rapproche de zéro. Ces parcours, pour la plupart, favorisent la réalisation d’une meilleure performance.

Pour ce qui est de la course nature, il faut souligner que sa principale caractéristique est le dénivelé, plus précisément le dénivelé positif. En effet, un parcours de cross-country peut alterner plusieurs montées et descentes en fonction de l’intensité et la distance dudit parcours. D’ailleurs, pour mieux communiquer sur une épreuve de cross-country, les organisateurs prennent  de préciser non seulement la distance, mais également le dénivelé.

Les différences de distances

Avec les courses sur route, les distances parcourues sont plus précises et ont une limite normée. On parle souvent du 5km, du 10km, du marathon ou du semi-marathon.

En ce qui concerne la course nature, la distance parcourue peut aller jusqu’à 20 km pour le cross-country et plus (30km, 80 km et même plus) pour le trail.

L’autre différence notable entre ces deux courses se situe au niveau du chronomètre du final finish. Au niveau de la course sur route, on peut enregistrer une différence de quelques mètres seulement alors que pour une course nature, la différence peut passer de quelques centaines de mètres à des kilomètres.

L’esprit et l’objectif de course

De manière générale, les athlètes en compétition sur les courses sur routes ont pour principal objectif de réaliser un meilleur temps et se hisser aux meilleures places du classement. Aucun runner ne souhaite se faire doubler par un adversaire à la dernière minute.

Pour les traileurs ou les compétiteurs de cross-country par exemple, l’important n’est pas de réaliser un meilleur chrono, mais de finir la course en donnant un maximum de soi. C’est déjà une très grande satisfaction. La principale crainte du traileur est de se perdre dans la nature ou de se blesser en voulant franchir des obstacles.  

Musculation: l’astuce utile pour devenir un bon coureur

Vous souhaitez améliorer vos capacités physiques et cardiovasculaires afin de devenir un excellent coureur ? Vous souhaitez apporter du tonus musculaire à votre corps d’athlète afin de devenir plus performant ? Quoi de plus astucieux que de réaliser des exercices spécifiques de musculation afin de renforcer votre endurance ! Découvrez ici quelques exercices de musculation simples mais très efficaces pour devenir un excellent coureur.

Faire des pompes

Bien que cet exercice soi très commun des sportifs en général et des athlètes en particulier, il est incroyablement efficace et procure de nombreux bienfaits au corps. Il a pour avantage de renforcer le buste les bras ainsi que les épaules pour un meilleur rendu des foulées. Vos bras sont  suffisamment armés pour offrir une très bonne dynamique au corps lors de la course.

Pour pratiquer les pompes, il vous suffit de vous allonger sur le ventre et disposez les paumes de vos mains perpendiculairement à votre poitrine. Placez ensuite vos pieds de sorte que vos orteils ainsi que la pointe de vos pieds supportent votre poids. Il ne vous reste maintenant qu’à soulever votre poids tout en redressant vos bras. Maintenez votre regard en bas tout en immobilisant votre corps.

Les squats

Les squats sont des exercices de musculation qui présentent l’avantage de renforcer les principaux muscles sollicités lors du running. En pratiquant régulièrement les squats, vous réduisez considérablement les risques de blessures  musculaires et vos foulées sont plus énergiques.

Pour réaliser les squats, il suffit d’écarter vos pieds de manière à ce que la largeur délimitée par ces derniers soit supérieure à celle définie par votre bassin. Pointez ensuite les orteils vers l’extérieur. Pliez maintenant vos genoux comme si vous allez vous asseoir sur un tabouret ou une chaise. Maintenez votre buste droit et fixez devant vous. N’allez pas jusqu’à la position complète assise et remontez légèrement en actionnant vos jambes. C’est un exercice de musculation très efficace. Vous pouvez augmenter le niveau d’intensité ou de difficultés selon vos capacités.

Les fentes

Les fentes sont des exercices de musculation qui garantissent une excellente stabilité, un meilleur équilibre et une parfaite coordination à vos mouvements. Elles favorisent aussi le renforcement des muscles majeurs pour des foulées bien coordonnées.

Pour réaliser cet exercice, vous devez écarter vos pieds de sorte à ce qu’ils dépassent légèrement la largeur des épaules. Avancez ensuite d’un pas sans bouger le pied de l’autre jambe. Courbez ensuite le genou de la jambe avancée de manière à former un angle droit. Maintenez votre buste droit et tirez sur votre pied avant afin de retourner à la position de départ. Pour varier ou corser un peu l’exercice, vous pouvez utiliser des médecine-balls ou même des haltères. C’est un exercice incroyablement efficace que vous devez pratiquer régulièrement.

Ces athlètes femmes qui nous ont inspiré en 2021

Ces dernières années, la pratique du sport au féminin a exploré de nouvelles sphères. Cette pratique ne se limite plus désormais à un simple divertissement. En effet, de nombreuses athlètes femmes ont commencé à profiter de leur statut social pour plaider des causes nobles et ainsi créer un impact positif dans notre société. Elles sont devenues au fil des années, des femmes influentes et très inspirantes. Voici un zoom sur ces femmes athlètes qui nous ont marqué et inspiré en 2021.

Naomi OSAKA

Secretaría de Deportes, CC BY 4.0 https://creativecommons.org/licenses/by/4.0, via Wikimedia Commons

Naomi OSAKA, la championne japonaise, fait partie des femmes athlètes à avoir marqué et influencé l’année 2021. Cette métisse a surpris tout le monde du sport lors du tournoi de Roland Garros, édition 2021. Elle a en effet abandonné la compétition en déclarant forfait, car ne se sentant pas bien mentalement. Elle a fait cette annonce via un communiqué de presse dans lequel elle affirmait subir trop de pressions médiatiques. Elle a avoué que cela l’angoissait énormément. Toujours dans ce communiqué, elle a aussi confié avoir souffert d’une très longue et pénible dépression juste après l’US Open en 2018.

Naomi OSAKA est l’une des toutes premières athlètes à oser évoquer un sujet aussi tabou que la santé mentale dans le monde du sport. Et pourtant, de nombreux sportifs subissent en silence et quotidiennement, les affres de ce malaise. La jeune athlète a même participé au mouvement Black Lives Matter initié aux USA pour lutter contre les discriminations racistes aux Etats-Unis suite à la mort de Georges Floyd.  

Megan Rapinoe

Fervente militante de la cause LGBT et foncièrement contre la politique de Donald Trump, cette footballeuse internationale américaine est l’une des premières femmes lesbiennes à déclarer ouvertement son statut. Elle avait fait parler d’elle pour la première fois lors de la coupe du monde organisée en 2019 en France. Elle affirmait, après avoir éliminé la France en Quart de finale : “Vous ne pouvez pas gagner un tournoi sans gays dans l’équipe !”. Elle défend fermement la cause LGBT et se révèle être la voix des sans voix. Elle se bat contre toutes les formes de violences et de discriminations, surtout celles des minorités. Elle a également soutenu le mouvement Black Lives Matter et s’investit actuellement dans un autre mouvement, « Say Her Name » qui plaide la cause des femmes noires violentées par les policiers.

Simone Biles

Agência Brasil Fotografias, CC BY 2.0 https://creativecommons.org/licenses/by/2.0, via Wikimedia Commons

Simone Biles est une jeune athlète multi-médaillée de l’équipe nationale des USA. Elle fait partie des nombreuses athlètes ayant subi les violences et agressions sexuelles. Elle a fait parler d’elle pour la première fois en 2018, en dénonçant Larry Nassar, un médecin de l’équipe nationale pour violences et abus sexuels. Ce médecin a commis librement ses forfaits entre 1990 et 2016 sur plus de 200 athlètes, majoritairement mineures. Après des enquêtes approfondies, ce dernier a été arrêté et jugé.

Mais Simone Biles et certaines autres victimes ne se sont pas arrêtées là. Elles ont continué à dénoncer l’inaction des fédérations et de la police dans la lutte contre ce fléau. Une autre enquête a donc été rouverte et Simone Biles a même été écoutée avec d’autres victimes en septembre 2021.

Elle avait dû déclarer forfait pour certaines épreuves lors des JO de Tokyo, mais avec le soutien de tous, elle a finalement terminé en beauté la compétition.  

Courir tous les jours est déconseillé: voici pourquoi

Le running est une discipline sportive de plus en plus prisée au point où il devient une passion pour certains coureurs. Dans le but d’atteindre plus rapidement leurs objectifs, certains runners, qu’ils soient débutants ou professionnels, estiment qu’il faut courir tous les jours.  Même si le running procure d’énormes bienfaits pour la santé du corps, il est souvent déconseillé de courir tous les jours. Explications.

Courir tous les jours n’est clairement pas conseillé

Le running est une activité sportive qui a un impact important sur le corps. Même si le corps est fait pour supporter tous les chocs engendrés par le running, il faut nécessairement beaucoup de temps pour permettre au corps de s’adapter. En effet, pratiquer la course à pied tous les jours sans affecter sérieusement le corps est peut-être recommandé aux professionnels qui s’entraînent depuis des années et qui disposent d’un bon plan d’entraînement. Encore qu’à ce niveau, il est fortement recommandé de laisser tout au moins un jour de repos dans la semaine afin de permettre aux muscles et au corps de bien récupérer.

Si vous êtes un débutant, courir environ 30 minutes tous les jours relève carrément de la folie. En tant que débutant, vos tendons et vos articulations ne sont pas encore aptes à supporter une telle intensité d’activité. En courant tous les jours, vos muscles et articulations atteindront leur seuil de tolérance et les problèmes physiques vont commencer.

En réalité, la course à pied est une activité physique qui fait brûler énormément de calories tout en sollicitant presque toutes les parties du corps. Faites donc attention à ne pas en faire trop.

Tout est une question d’intensité de course

Même si vous devriez vous hasarder à courir tous les jours, il est recommandé de respecter la règle de l’endurance fondamentale en pratiquant une grande proportion de course à une faible intensité. Même un coureur fortement expérimenté ne pourra pas courir intensément tous les jours de la semaine, à plus forte raison un débutant. Si vous pratiquez 30 minutes de course tous les matins et en plus à forte intensité, vous ne tarderez pas à en subir les graves conséquences sur votre corps.

Permettre au corps de récupérer

Le repos ainsi que la récupération du corps sont essentiels lorsque vous-vous entraînez à une certaine intensité et selon une fréquence déterminée. En effet, si vous courez à trop forte intensité au-delà des capacités de votre corps, une fatigue générale se mettra en place et le risque de blessure va augmenter. Le corps aura donc besoin de temps pour récupérer correctement de cet entraînement.

Etant donné que le processus de réparation et de récupération prend un peu de temps, il est donc conseillé d’intercaler vos séances d’entraînement par un ou deux jours de repos minimum par semaine.

Courses running: peut-on parier sur les coureurs?

Parier sur le sport est une occasion idéale pour gagner très facilement beaucoup d’argent. Si la grande majorité des parieurs parient sur des sports très populaires comme le football, on arrive à se demander si cette pratique s’observe également dans le running. Est-il possible de parier sur les coureurs ? Quelles sont les conditions et dispositions à prendre avant de parier sur le running ?

Les conditions pour parier sur le running

Les dispositions à prendre pour parier sur le running sont les mêmes que celles en vigueur dans les autres sports. La toute première condition est de bien choisir son bookmaker. Pour cela, vous devez donc vérifier l’interface, l’ergonomie ainsi que la vitesse de téléchargement de la plateforme. Ensuite, vous devez procéder à la comparaison des avantages offerts, en l’occurrence les bonus. Ces différentes dispositions vous permettront de choisir le meilleur bookmaker pour vos mises. Analysez minutieusement tout l’éventail de possibilités que vous offre la plateforme, car le plus important est d’obtenir des gains intéressants. Ensuite, comparez les différentes côtes ainsi que les moyens de paiement afin de choisir la meilleure offre. Enfin, assurez-vous aussi que le bookmaker vous propose un service de pari en direct, car c’est très important.

Les différentes catégories de paris possibles au running

Contrairement au football et autres sports d’équipes, les paris sur le running ne sont pas très fréquents. Et pourtant, il existe de nombreux bookmakers qui proposent des paris sur cette discipline sportive. Ces bookmakers proposent même une multitude de manières de faire vos paris sur le running. Vous aurez la possibilité de choisir votre mode de pari selon vos envies, mais aussi et surtout, en fonction de vos compétences. Cependant, la meilleure astuce est de miser sur des runners qui sont désignés comme favoris. Ces derniers ont très souvent des côtes plus élevées. Il paraît donc plus aisé de gagner des paris sur le running que sur le foot, et pourtant, tout n’est pas si simple.

Avec des disciplines comme le running, rien n’est figé à l’avance. Il peut arriver que des athlètes que l’on positionne comme étant favoris, ne se retrouvent pas en tête de liste au départ de la course.

En athlétisme, plusieurs types de paris sont possibles. Vous avez par exemple la possibilité de parier sur le vainqueur d’une compétition de marathon ou sur le podium. L’autre option de pari en running est celle relative à la possibilité qu’un record soit battu lors d’une course.  De toutes les façons, il est nécessaire d’avoir des connaissances et des informations sûres avant de parier sur une option. Enfin, pour un début, il est conseillé de démarrer avec des cotes moins élevées.

Les informations supplémentaires à avoir avant de parier sur le running

L’une des spécificités des paris sur le running, c’est que les cotes attribuées aux coureurs sont la plupart du temps en hausse. Cette particularité prend également en compte les athlètes favoris, ce qui n’est souvent pas le cas dans les autres disciplines sportives. Avec cette possibilité, il est donc plus facile de miser sur des joueurs favoris tout en bénéficiant des meilleures cotes. De plus, en fonction du choix de votre bookmaker, vous pouvez bénéficier d’une offre bonus de bienvenue.

Enfin, même si les paris sur le running sont très rares, ces derniers offrent des possibilités très avantageuses et bénéfiques pour les parieurs.

Running: voici les astuces pour ne pas se sentir malade en courant

Le running est une discipline sportive qui se pratique avec une certaine intensité. Il sollicite donc une importante partie du corps comme les muscles, les articulations, les genoux, les épaules etc. Il n’est donc pas rare de se retrouver en train de ressentir des courbatures ou autres malaises pendant ou après avoir couru. Afin d’éviter d’avoir ce sentiment de malaise ou de maladie lorsque vous courez, voici quelques astuces utiles à suivre.

Un point d’honneur à l’échauffement

S’échauffer environ 15 minutes avant la course proprement dite est très important pour vous.

En réalité, ces 15 minutes d’échauffement vous permettront d’oxygéner votre organisme et de mettre votre corps en condition pour démarrer le running en toute sécurité. Cela vous permettra ainsi d’éviter des courbatures ou autres malaises lorsque vous courez.

Pendant cette fameuse tranche, vous pouvez trottiner et ensuite faire de petites foulées, des talons-fesses ou des montées de genoux. Alternez ces différents exercices pour aborder la course dans des conditions optimales.

Tenir des entraînements réguliers

Il serait vraiment inutile d’enchaîner deux séances de running d’affilée au cours de cette semaine et ensuite de ne plus être en mesure de rééditer cette performance durant les deux prochaines semaines. En plus de ne pas atteindre les objectifs fixés, votre organisme et votre corps auront du mal à retrouver leur rythme. En effet, lorsque les séances sont trop espacées, elles fragilisent votre organisme et vous donnent l’impression d’être malade. Si par contre, vous pratiquez des séances régulières entrecoupées par un jour de repos, le corps retrouve son rythme et vous ressentirez moins les effets de courbatures et autres.

Boire assez

Nous le savons tous : boire est essentiel pour l’organisme. Ici, il est même conseillé de boire avant, pendant et après le running.

Pendant la course, l’eau que vous buvez assure une élimination des toxines libérées par les muscles à travers les urines. En effet, lorsque les toxines dégagées restent dans le corps, ces dernières s’accumulent dans les tissus et sont susceptibles de créer des malaises lors de la course. Ainsi donc, vous devez boire au minimum deux verres d’eau au cours des 20 minutes qui suivent la course à pied. Cette réhydratation vous permet de réalimenter les muscles et de refaire le plein d’énergie et de minéraux. Buvez par exemple du jus de citron dilué dans de l’eau pour une meilleure tonification.

Une douche et une séance de massage après la course

Si vous finissez une course et que vous souhaitez renouveler une autre séance après cette dernière, vous devez reposer votre corps et le relaxer. Ainsi donc, un massage du corps est vivement recommandé le lendemain après la course. 

Pour ce massage, vous pouvez utiliser de l’huile végétale, mais aussi de l’arnica. Ces différents produits vous permettront de soulager plus rapidement votre organisme et de récupérer très vite avant une nouvelle course.

Commencez le massage en partant du bas vers le haut de chaque zone à masser. Vous pouvez commencer par le tendon d’Achille tout en remontant délicatement vers les cuisses et les fessiers. Un bon massage est important pour démarrer sereinement une nouvelle course.

Le running est-il un sport?

Le running fait partie des pratiques sportives les plus répandues au monde. Discipline très tendance de la course à pied, le running est pourtant méconnu d’une importante frange de personnes. De nombreuses personnes le confondent par exemple à une simple course à pied ou au jogging. Qu’est-ce que le running ? Est-il un sport à part entière et comment est-il pratiqué ? Quels sont ses bienfaits ? Découvrons ensemble cette discipline sportive qui a de nos jours, de plus en plus d’adeptes.

Le running: un sport qui s’est révolutionné au fil des années

Le terme running est apparu pour la toute première fois dans les années 1970. Mais bien avant cela, la course à pied suscitait déjà un certain engouement depuis la création des jeux olympiques en 1896. Depuis lors, la passion pour la course à pied n’a cessé de croître tout au long du 20ème siècle avant d’atteindre son pic et devenir une discipline sportive professionnelle en 1982. A partir de ce moment, de nombreux athlètes se sont engagés dans des spécialités de running comme la vitesse, la course de fond ou de demi-fond. A la suite de ces différentes spécialisations, les équipements ont également connu une évolution, s’adaptant donc à chaque catégorie de discipline et de coureur.

Aujourd’hui, cette discipline sportive s’est totalement démocratisée avec l’avènement de  nouveaux accessoires et équipements exclusivement adaptés à la pratique du running. Cette véritable révolution fait donc du running, un sport à part entière.

Où se pratique le running?

Le running se pratique le plus souvent en extérieur et en plein air. Vous pouvez également le pratiquer dans un club ou chez vous avec l’aide ou pas d’un coach. L’important est de vous doter d’une très forte motivation et des équipements nécessaires qui vous permettront d’avancer et de réaliser de grandes performances.

Pour la pratique du running, il est le plus souvent recommandé de démarrer par des échauffements. Cela permet de mobiliser les genoux, les épaules, les chevilles ainsi que les autres parties du corps. Mettez de toutes les façons en place un véritable plan d’entraînement bien taillé qui vous permettra de progresser sans vous blesser. Si vous êtes un débutant, commencez par 30 minutes de running tout en démarrant par de petites foulés. Au bout des 30 minutes de course, vous pouvez terminer par 15 minutes environ d’étirements afin de relaxer les muscles sollicités.

Les bienfaits du running

Le running s’inscrit désormais comme étant une discipline sportive qui procure énormément de bienfaits pour la santé et le bien-être du corps. En effet, en pratiquant régulièrement ce sport, vous augmentez significativement votre espérance de vie de 4 à 5 ans environ. Le running permet également de retrouver une meilleure ligne, car il fait partie des sports qui font le plus dépenser en calories. Le running favorise aussi le renforcement du cœur, renforce la capacité respiratoire et améliore la circulation du sang. La pratique du running vous permet aussi d’évacuer le stress et de mieux gérer les émotions. C’est un sport aux multiples bienfaits pour le corps et l’esprit.

Courses running: sont-elles populaires en France?

Depuis bientôt quelques décennies maintenant, le running s’est considérablement développé en France. Depuis les années 1970, cette discipline sportive connaît un engouement sans cesse croissant et s’accompagne même d’une augmentation d’événements sportifs d’envergure sur plusieurs territoires français. Aujourd’hui, la Fédération Française d’Athlétisme compte plus de 16 millions de runners sur le plan national. Sur la base de ce chiffre, doit-on conclure que les courses running sont populaires en France ?

L’évolution des runners en France

Au fil de ces dernières décennies, le nombre de coureurs  n’a cessé d’augmenter en France. Au début des années 1970, la France comptait moins de 500 coureurs environ. Ces coureurs n’étaient que ceux ayant été recensés par la FFA. Vers les années 1980-1990, cet effectif a connu une incroyable augmentation. Au début du 21ème siècle, on pouvait dénombrer environ 3 millions de français pratiquant du running. En 2022, pratiquer du running est devenu une tendance largement répandue en France. On dénombre aujourd’hui plus de 16 millions de runners dans toute la France. Il faut également noter que ce chiffre prend en compte toutes les personnes ayant pratiqué au moins une fois ce sport au cours des douze derniers mois. De plus, on distingue en France trois principales catégories de runners. On note les coureurs réguliers qui sont environ de 6 millions, les occasionnels qui sont de 5 millions environ et enfin les pratiquants qui avoisinent les 5 millions de français. C’est dire alors toute l’importance de ce sport dans la culture française.

Les courses et compétitions de runners se sont également multipliées

Il faut noter que la croissance exponentielle de la pratique du running s’est concrétisée par la multiplication des compétitions de courses à pieds hors des stades. On a dénombré au total 6748 courses organisées au cours de l’année 2018 sous la bannière de la FFA, soit une moyenne de 130 courses par semaine. En effet, depuis 2010, les compétitions de running n’ont cessé de croitre au point de créer un véritable embouteillage dans le calendrier de déroulement. Cet accroissement suscite même des interrogations sur l’importance de limiter le nombre de compétitions au cours des années suivantes.

Un marché tout aussi florissant au niveau des équipements et matériels

En France, il n’y a pas que l’effectif sans cesse grandissant de runners et des compétitions qui ont rendu le running aussi populaire. Cet accroissement exponentiel a également favorisé le développement de nouveaux matériels et équipements spécialement adaptés au running.

Qu’il s’agisse des chaussures, des shorts, des t-shirts des montres et autres équipements connectés, ces équipements ont complètement envahi le marché au point de rivaliser avec les équipements de foot. Cette éclosion a également favorisé la percée sur le marché français, des grandes marques et équipementiers de running comme Nike, Décathlon et bien d’autres. 

Tous ces facteurs sont vraiment des signes indicateurs de la véritable popularité des courses running en France.